Kirill Ukolov

Travaux

Sans titre (Portes)

2009

24 portes, murs en placoplâtre, consignes lumineuses de sortie de secours

Dimensions variables

 

La succession de huit sas, 24 portes qui donnent l’une sur l’autre. Un couloir dont on peut faire le tour mais difficile à franchir. L’idée de cette installation reprend le coté absurde du titre « Là ou je suis n’existe pas » de l’édition 2009 du Printemps de Septembre, son rapport à l’espace. En même temps, c’est un prolongement du parcours que le spectateur faisait pour accéder à l’exposition qui se trouvait au premier étage de l’École des Beaux-Arts de Toulouse. Il fallait monter un vieil escalier, passer par un sas et puis par un couloir plein de portes fermées, avec un plafond extrêmement bas. En arrivant à l’exposition, les portes devenaient de plus en plus nombreuses, l’espace rétrécissait et devenait encore plus bizarre. Comme si le couloir entrait dans la salle avec le public.

Pour la nuit, il suffisait de fermer à clé la première des 24 portes.